Strioscopie, champ clair / champ sombre



    Le coefficient de Fourier 1/N2.F(0,0) est la valeur moyenne de l'intensité des pixels de l'image I(n,m), et contribue de la même manière à l'amplitude de chaque pixel. Le contraste de l'image peut être modifié et révéler des détails autrement peu visibles si on force ce coefficient à être nul, comme le montre les deux images suivantes :


Image initiale Image reconstruite à partir de la TF de l'image initiale, mais en mettant F(0,0) à zéro

    On peut alors observer que certaines zones ont leurs couleurs inversées (clair devient sombre et vice-versa), par exemple l'espace entre les pieds de la statue, ou encore l'arrière plan de la forêt. On constate également que certains détails de l'image ressortent mieux (e.g. les branches des arbres).

    Si un pixel est initialement noir (pixel à 0 ou faible), cela correspond à une situation où l'interférence de tout les coefficients de Fourier est destructive; si F(0,0) est alors éliminé, la résultante se retrouve non nulle et le pixel porte alors une valeur significative :

Représentation sous forme de diagramme d'Argand de l'interférence destructive conduisant à une résultante nulle, i.e. un pixel noir Si la contribution de F(0,0) est éliminée, la résultante de l'intensité du pixel initialement noir devient significative, conduisant à une inversion de contraste

    C'est le même principe qui est utilisé en microscopie électronique : en champ clair, tous les faisceaux diffractés (qui correspondent aux coefficients de Fourier de l'objet observé) sont inclus pour former l'image et le fond de celle-ci où le faisceau électronique ne rencontre aucun obstacle apparaît alors blanc (trou dans l'échantillon); en champ sombre, le faisceau direct correspondant à F(0,0) est éliminé, et le fond apparaît alors sombre puisque n'étant composé d'aucune matière diffractant les électrons (cette zone ne contribue qu'à F(0,0)).